Deux jeunes femmes entrent dans un immeuble en flammes afin de sauver une vingtaine de personnes endormies

Deux jeunes femmes entrent dans un immeuble en flammes afin de sauver une vingtaine de personnes endormies

En pleine nuit, deux jeunes femmes, âgées de 19 et 20 ans, ont aperçu un immeuble en flammes.

En pleine nuit, deux jeunes femmes, âgées de 19 et 20 ans, ont aperçu un immeuble en flammes, fin mars 2019. Non seulement elles ont signalé l’incendie pour que les pompiers puissent intervenir, mais elles n’ont pas hésité à pénétrer dans le bâtiment au péril de leur vie afin de réveiller les personnes qui y dormaient.

En sortant de leur travail dans un restaurant, Zoé Grisé et Laury-Ann Fortin sont allées prendre un verre avec un ami avant de le ramener chez lui à Beloeil, près de Montréal au Québec.

En découvrant l’incendie qui ravageait un immeuble de 12 logements, les demoiselles se sont rapidement rendu compte que tout était trop calme : pas d’alarme incendie ni de sirène de pompiers. « Toutes les voitures étaient dans le stationnement et personne n’était dehors », se souvient Laury-Ann, en entrevue à TVA nouvelles.

Sans réfléchir davantage, une fois les pompiers avertis, les jeunes filles se sont précipitées pour aller prévenir les résidents. « Le temps d’attendre les secours, on a décidé d’aller frapper aux portes », a précisé la jeune femme de 19 ans à Radio-Canada.

Pendant ce temps-là, leur ami était pétrifié par le drame qui se passait sous ses yeux, avec la violence des flammes. « Il était sous le choc, figé », ont raconté les héroïnes à La Presse.

Les résidents, à moitié endormis, ont ouvert sans comprendre l’urgence de la situation. Ils voulaient prendre le temps de s’habiller, mais les jeunes femmes, agissant sous l’adrénaline, ont été fermes : il fallait sortir tout de suite.

Une fois dehors, une dame âgée voulait retourner à l’intérieur chercher des photos. Une fois de plus, Zoé et Laury-Ann ont agi avec sang froid pour l’en empêcher.

Le bilan de l’incendie est assez lourd sur le plan matériel : six appartements complètement détruits, six autres endommagés. Mais grâce à l’intervention des deux héroïnes, il n’y a eu aucune victime ni blessé parmi la vingtaines de résidents. Même les animaux ont tous été sauvés.

C’est seulement le lendemain qu’elles ont réalisé ce qu’elles ont fait. Les policiers et les pompiers ont reconnu leur courage et leur rôle dans se sauvetage, en soulignant que sans elles, le bilan aurait pu être bien plus lourd.

« Si elles n’étaient pas intervenues aussi rapidement, on aurait sûrement eu des morts sur les bras », reconnaît Sylvain Labrecque, directeur adjoint aux affaires internes de la Régie, au journal L’Œil régional.

Il est maintenant question de médailles, bien méritées évidemment. Bravo les filles pour votre courage !

Source : https://m.epochtimes.fr

Crédit photo : capture d’écraan