Macron déteste tellement les Français qu’il va signer le pacte des migrations de l’ONU

Si je devais trancher ce qui est le plus abominable dans le pacte mondial pour les migrations de l’ONU (1) que va signer Macron le 10 décembre à Marrakech, je serais bien embarrassé. Macron déteste à ce point les Français ?

Pour tout vous avouer, je suis affligé, avec le présent exposé, par un paradoxe qui heureusement ne se présente pas souvent à moi : le sujet est à la fois d’une extrême importance, d’une gravité sans précédent, et l’écrire est totalement, absolument et catégoriquement inutile, car rien ne peut arrêter sa tragique trajectoire. Au moins, je ne serais pas resté silencieux, aussi stérile que cela puisse être, concrètement.

Si Machiavel avait voulu détourner l’attention du public pour qu’il ne voie pas ce que la France s’apprête à signer, il aurait inventé les émeutes des Gilets jaunes.

Et si les Gilets jaunes sont considérés comme légitimes par 84% des Français, c’est 84% des Français qui devraient descendre dans la rue pour demander à leur président de ne pas signer ce pacte, qui a pour but d’offrir les droits fondamentaux humanitaires offerts aux personnes qui fuient la mort dans des zones ravagées par la guerre, à tous les migrants, quel que soit leur statut.

On parle ici rappelons-le, de couverture sociale, éducation, logement, assurance maladie à 100% (ce dont les Français qui financent la Sécurité sociale ne disposent pas), et argent de poche pour vivre au quotidien. Et pour payer tout cela à des millions de migrants, le coût sera bien plus important que 30 ct de taxes sur le prix du carburant. Évidemment.

Ce pacte mondial pour les migrations de l’ONU est une ignominie. Rien n’arrêtera Macron de le signer, il a été mis au point à New York en 2016 avec l’Administration Obama, et il va bouleverser et définitivement modifier le destin des Français et des Européens. J’en parle avant autant d’aise et de générosité pour autrui que je ne vis pas en Europe. Plusieurs pays d’Europe centrale ont senti le danger et ont déclaré qu’ils ne le signeront pas. Trump l’a rejeté. Le gouvernement belge est au bord de l’implosion (3), car les nationalistes flamands refusent de signer.

Si l’expression n’avait pas perdu sa pertinence à force d’être dilapidée, je dirais : « l’heure est grave ».

Migrants économiques bienvenus (paragraphe 12) : 

« Ce Pacte mondial vise à atténuer les facteurs défavorables et les facteurs structurels qui empêchent les gens de créer et de maintenir des moyens de subsistance durables dans leur pays d’origine [il s’agit de migrants économiques qui décident d’aller vivre sous de meilleurs cieux économiques, soit potentiellement tout le continent africain], et les obligent ainsi à chercher un avenir ailleurs. Elle entend réduire les risques et les vulnérabilités auxquels les migrants sont confrontés à différents stades de la migration en respectant, et protégeant leurs droits humains et en leur fournissant soins et assistance [gratuitement] ».

Je ne vois pas comment éviter la ruine et le désastre d’un processus qui à la fois ouvre grand les frontières et les cordons de la bourse. « Venez venez, c’est table ouverte, tout est pris en charge tout est gratuit (par les citoyens à qui on n’a pas demandé leur avis). »

Les pays d’accueil doivent intégrer les migrants, au lieu que les migrants s’intègrent (paragraphe 13)

« Ce Pacte mondial reconnaît qu’une migration sûre, ordonnée et régulière fonctionne pour tous [pour les migrants sans doute, mais pour les pays d’accueil ?]lorsqu’elle se déroule de manière bien informée, planifiée et consensuelle [il n’y a pas consensus lorsque le peuple n’est pas consulté] … nous devons coopérer pour répondre aux besoins des migrants [répondre aux besoins des migrants !] Nous devons donner aux migrants les moyens de devenir des membres à part entière de nos sociétés [c’est à nous de les intégrer, pas à eux d’en faire l’effort, autrement dit, si l’intégration échoue, c’est de notre faute, pas de la leur]… promouvoir l’inclusion et la cohésion sociale [il n’est rien demandé aux migrants. Le rédacteur aurait pu écrire : les migrants doivent respecter la cohésion sociale, doivent s’intégrer…]… nous nous engageons à faciliter et à assurer une migration sûre [NOUS devons LEUR assurer une migration sûre. Et eux ? Ne doivent-ils pas assurer aux peuples d’accueil une migration sûre ?], ordonnée et régulière [migration régulière, c’est-à-dire constante] au profit de tous [profit de tous ? Des grandes entreprises qui ainsi ont une main d’œuvre au rabais, sans aucun doute, mais les citoyens ?]. »

Droits pour tous les migrants (paragraphe 15)

« En mettant en œuvre le Pacte mondial, nous garantissons le respect, la protection et le respect effectifs des droits de l’homme de tous les migrants [tous les migrants], quel que soit leur statut migratoire [il n’y a plus de distinction entre les différents types de migrants, ce qui servait à accepter les demandeurs d’asile et refuser les simples migrants économiques afin d’éviter une déferlante  et déterminer différents types de droits], à toutes les étapes du cycle migratoire ».

En cas de sécheresse, les Français et les Européens devront accueillir les Africains (paragraphe 21)

« Coopérer pour identifier, développer et renforcer les solutions pour les migrants contraints de quitter leur pays d’origine en raison de catastrophes naturelles à évolution lente, des effets néfastes du changement climatique et de la dégradation de l’environnement, telles que la désertification, la dégradation des terres, la sécheresse et la montée du niveau de la mer, notamment en concevant des options de réinstallation et de visas [réinstallation et visas = immigration], lorsque l’adaptation dans leur pays d’origine ou le retour vers celui-ci ne sont pas possibles [pas possible, ou pas souhaité ?]. »

Questionner l’immigration est raciste, et devient illégal et punissable (paragraphe 17)

« Nous réaffirmons également notre engagement à éliminer [engagement à éliminer = criminalisation et poursuites pénales] toutes les formes de discrimination, y compris le racisme, la xénophobie et l’intolérance envers les migrants et leur famille. [il n’est plus toléré de ne pas tolérer l’immigration. L’intolérance envers les migrants est considérée comme du racisme, de la discrimination raciale, de la xénophobie, et elle sera éliminée. Il n’est pas envisagé que l’on puisse critiquer l’immigration sans être raciste ou xénophobe : celui qui n’aime pas, ou même se contente de douter, ou simplement questionner les bienfaits de l’immigration est présumé raciste. Cela vise les partis politiques populistes anti-immigration, et des sites internet comme Dreuz]. »

Démocratie aux orties : les Français ne veulent plus de migrants

Tout est mauvais dans ce pacte, mais ne vous inquiétez pas, il n’est pas contraignant !

Le pacte a pour seul et étrange argument, une excuse : il est « non-contraignant ». Tout est mauvais dans le pacte, mais ne vous inquiétez pas, il n’est pas contraignant ! S’il n’est pas contraignant, pourquoi le signer, fera remarquer l’observateur désobéissant qui signe cet article.

Qu’est-ce qui ne tourne pas rond dans une tête totalitaire ? Quel est le danger ?

  • Est-ce le fait qu’il nie au peuple d’accueil le droit de disposer de lui-même en ne le consultant pas sur un aspect essentiel de son destin, en ne lui demandant pas s’il veut ouvrir grand les portes à un immense et constant flot migratoire très hostile à sa culture, venu d’Afrique et du Moyen-Orient ?

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

huit Français sur dix considèrent que notre pays ne doit pas accueillir d’étranges supplémentaires

  • Est-ce la monstruosité des progressistes destinée à noyer l’Occident et faire disparaitre les identités européennes dans un flot africain et moyen-oriental ?
  • Le fait que le président Macron s’apprête à engager le futur du pays, le sort des enfants et des petits-enfants français alors que lui n’est pas concerné, car il n’en a pas ?
  • Que 80% des Français y sont hostiles, selon un sondage (2)  publié le 1er décembre et réalisé par l’IFOP, la Fondation Jean-Jaurès et l’American Jewish Committee, qui met en lumière que « huit Français sur dix considèrent que notre pays ne doit pas accueillir d’étrangers supplémentaires ».
  • Ou est-ce le fait que les signataires, conscients qu’il n’y a rien de très bon pour les pays et les populations d’accueil, et parce qu’ils n’ont pas de quoi justifier leur décision sur la base d’expérience d’intégration réussie ou de progrès économique et social, ont décidé de pénaliser ceux qui posent des questions, et criminaliser toute « intolérance contre les migrants et leurs familles » ?

Conclusion

Ce pacte, dont j’ai détaillé quelques-uns des principes les plus extrêmes et extravagants, est un arrêt de mort.

Ce sont les derniers clous destinés à refermer le cercueil de l’Europe, après des années d’immigration malheureuse, qui a apporté la mort par le terrorisme, la violence dans les zones de non droit et les innombrables banlieues sous contrôle des dealers et des islamistes, l’intolérance voire la haine et la violence envers les homosexuels, les juifs, les catholiques, comme en vérité un peu partout dans leurs pays d’origine, et la dilution du caractère et de la culture européenne.

Mais l’urgence, c’est l’augmentation du prix des carburants

 

Source: Dreuz.info.
crédit photo: capture d’écran

Publicités