Brigitte Macron coûte-t-elle «au bas mot» 440.000 euros par an au contribuable?

FAKE OFF Un article populaire sur les réseaux affirme que Brigitte Macron coûte au moins 440.000 euros par an au contribuable…

  • Le site « Peuple de France » affirme que Brigitte Macron coûte, chaque année, 440.000 euros aux Français en tant qu’épouse du chef de l’Etat, malgré l’absence de « statut légal » la concernant.
  • Pour assurer son activité de représentation de la France, l’épouse d’Emmanuel Macron s’appuie en effet sur des collaborateurs, rémunérés par des fonds publics.
  • Ceux-ci s’élèvent bien à 440.000 euros par an selon Christophe Castaner, mais ils ne représentent ni un salaire, ni des frais de fonction, contrairement à ce qu’affirment des intox populaires.

Des crèmes anti-âge à 78.000 euros, un photomontage de Brigitte Macron en compagnie de son prétendu ex-mari et du jeune Emmanuel Macron… L’épouse du président de la République fait régulièrement l’objet d’intox – ou de canulars – repris au premier degré.

Les plus populaires de ces rumeurs portent sur un thème récurrent : le supposé coût de l’épouse du chef de l’Etat pour les contribuables français. Si plusieurs rumeurs infondées lui attribuent un train de vie démesuré, un article du site « Peuple de France » connaît une certaine viralité ces derniers jours. Intitulé « Brigitte Macron vous coûte au bas mot 440.000 euros par an », il entend expliquer pourquoi l’épouse du Président, qui n’a pas de « statut légal » et n’a pas été « élue », « nous coûte […] aussi cher ».

Bien que l’affirmation soit volontairement tournée de façon à indigner l’internaute, concerné au premier plan, elle reste factuellement authentique.

FAKE OFF

Comme l’indique Peuple de France – dont l’article reprend, à peu de choses près, une publication sourcée du site Contribuables.org – le chiffre de 440.000 euros a été précisé par Christophe Castaner, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le parlement et porte-parole du gouvernement, le 10 novembre dernier.

Celui-ci répondait, lors du débat sur le budget 2018 à l’Assemblée nationale, à un amendement proposé – mais finalement non adopté – par le député France Insoumise (FI) de la Réunion, Jean-Hugues Ratenon, appelant à plus de transparence sur le coût budgétaire de l’épouse du président de la République.

Christophe Castaner a donc profité de l’occasion pour indiquer « un chiffre qui vient des services de Bercy » : « Le coût des moyens mis à la disposition de la conjointe du chef de l’État s’élève, du fait de ses collaborateurs, à 440.000 euros. Elle bénéficiera également du renfort de sécurité dont j’ai parlé, car le conjoint du chef de l’État fait également l’objet d’une protection. »

« L’épouse du chef de l’Etat ne bénéficie d’aucune rémunération » ou « budget propre »

Cette somme annuelle – des fonds publics prélevés sur le budget de la présidence – correspond à la rémunération du secrétariat et des deux conseillers du président de la République mis à la disposition de Brigitte Macron : son directeur de cabinet, Pierre-Olivier Costa, et son chef de cabinet, Tristan Bromet.

Le 10 novembre, Christophe Castaner a également rappelé l’engagement de transparence de l’Elysée vis-à-vis des moyens alloués à l’épouse du chef de l’Etat pour accomplir son rôle de représentation publique de la France. Une promesse de campagne à moitié tenue par Emmanuel Macron.

Le 27 avril 2017, entre les deux tours de la campagne présidentielle, le candidat d’En Marche!, invité sur TF1 dans l’émission « Elysée 2017 », s’engageait en effet à créer un statut de première dame au « cadre » défini. Le but, selon le futur président ? Mettre fin, en cas de victoire, à une « hypocrisie française », au vu de l’inévitable « rôle public » de son épouse, Brigitte Macron.

Brigitte Macron se baladant avenue Montaigne, à Paris, le 21 juin 2018.
Brigitte Macron se baladant avenue Montaigne, à Paris, le 21 juin 2018. – PLEFLOCH/SIPA

Une « Charte de transparence » de référence

Quelques mois après son élection, le président de la République a bien précisé les contours du rôle de son épouse… sans toutefois créer un statut dédié. A la place, L’Elysée a préféré adopter, fin août 2017, une « Charte de transparence relative au statut du conjoint du Chef de l’Etat », uniquement applicable à son épouse – et donc sans obligation pour le/la futurs conjoint(e)s du prochain chef de l’Etat.

Le document l’indique clairement : « L’épouse du Chef de l’Etat ne bénéficie d’aucune rémunération à ce titre. Elle ne dispose pas de frais de représentation. Elle ne dispose d’aucun budget propre ». Ce qui n’a pas empêché le succès d’intox accusant respectivement Brigitte Macron de disposer d’un budget de 200.000 euros par mois ou encore de coûter 40.000 euros mensuels en frais de représentation… Ramenés à une échelle mensuelle, l’ensemble des moyens réellement alloués à l’épouse du président représentent environ 36.600 euros, comme le souligne AFP Factuel.

Des coûts soumis au contrôle de la Cour des Comptes

La Charte indique en outre les dispositifs qui seront mis en oeuvre pour assurer cette transparence : « Les coûts de fonctionnement associés au conjoint du Chef de l’Etat feront l’objet d’une présentation transparente dans la comptabilité analytique de l’Elysée, soumise au contrôle de la Cour des Comptes qui en rendra compte publiquement par un rapport spécifique. »

Si le document en question n’a pas encore été rendu public, la Cour des comptes indique à 20 Minutes que « son rapport sur l’exercice 2017 […] devrait être disponible sur [son] site internet à 18h » ce mardi soir.

Malgré une certaine proximité syntaxique avec les intox virales liées à Brigitte Macron – notamment avec la phrase « Ce n’est pas Brigitte Macron que les Français ont élue », qui rappelle la formule « Une somme payée par tous pour quelqu’un qui n’a été élue par personne » –, l’article de « Peuple de France » avance donc un montant authentique.

 

 

Source : www.20minutes.fr

Crédit photo : capture d’écran